Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31.12.2007

Plus que quelques heures

Comptez les heures. Bientôt 2007 se sera envolée, disparue aux prochains 12 coups de minuit. Que les années passent vite... Il n’y a pas si longtemps, un 31 décembre justement, le monde entier s’inquiétait du bug du passage à l’an 2000. Huit ans déjà!
L’année 2007 aura certes été à Besançon placée sous le signe de Vauban. Et rares doivent être les Bisontins qui ignorent encore que notre cité espère voir l’héritage architectural que nous a laissé l’ingénieur du roi Soleil inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Comme le verdict ne sera rendu que l’été prochain, Vauban risque d’être encore fort d’actualité dans notre ville en 2008. Mais 2008 sera aussi l’année Charles Quint. Décédé à l’automne 1558, soit dans très bientôt 450 ans, l’empereur du Saint Empire Romain Germanique dont dépendait Besançon et le comté palatin de Bourgogne (actuelle Franche-Comté) sera sans doute célébré dans maints endroits d’Europe. A Besançon cependant, rien ne semble vraiment prévu. Pas de grande exposition en vue ou de spectacle annoncé à ce jour. Hormis la possible réfection de sa statue dans la niche de l’hôtel de ville. Pourtant, il y aurait tant à dire sur l’âge d’or que connut Besançon sous le règne de ce puissant monarque dont le garde des sceaux (le premier ministre de l’époque) n’était autre que Nicolas Perrenot de Granvelle.

Les commentaires sont fermés.