Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05.08.2009

C’est qui ...ou c’est quoi ?

RIMG0036.jpgReliant l’avenue Gaulard à la place Jean Gigoux à Besançon, la petite rue de la Raye laisserait apparemment perplexe quant à l’origine de son nom. Dans son ouvrage “Les rues de Besançon”, Eveline Toillon récapitule plusieurs hypothèses mises en avant au fil des siècles par des historiens locaux.

Ainsi pour Jean-Jacques Chifflet qui vécut au XVIIe siècle, cette appellation ferait référence à la déesse grecque Rhéa (la Cybèle des Romains) à qui un temple aurait été dédié non loin. Séduisant!

Pour d’autres, raye voudrait dire rayon, donc fossé, ou alors il s’agirait de La Raye, dérivation du latin “Larricium” signifiant terrain inculte mis en pâturage.

Le mystère demeure entier...

17.04.2009

Qui c’est... ou plutôt c’est quoi ?

rue Chaillot.jpg

Rien à voir avec la Folle de Chaillot, cette comtesse excentrique qui est le personnage central d’une pièce de Giraudoux (voir à ce sujet ce lien). En fait, cette rue qui relie en diagonale la rue de Montjoux à celle de Vesoul ne porte pas le nom d’une personne. Chaillot s’apparenterait en fait à chaille et signifierait un terrain à cailloux. Besançon compte d’ailleurs aussi un chemin de la Chaille aux Tilleroyes. Sans oublier la forêt de Chailluz dont le nom aurait donc la même origine.


©Besançon Info.

21.10.2008

Qui c’est ?

RIMG0009_1.jpg

Cette petite rue qui, le long de la synagogue, remonte du quai de Strasbourg à la rue Battant porte le nom d’un chirurgien barbier du XVIe siècle. Dans son livre “Mon vieux Besançon”, Gaston Coindre indique que celui-ci se nommait Michel-Mayence ou Moyence et tenait boutique en haut de la rue.

22.08.2008

Qui c’est ?

3d38ebdf5270310ff783fd43a531a77b.jpg

Cette rue du coeur commerçant de la Boucle, qui relie la Grande-Rue à la rue des Granges, rend hommage à un célèbre maréchal de Napoléon Bonaparte. Bon-Adrien Jeannot de Moncey est né à Palise en 1754, non loin de Besançon et à deux pas du village de Moncey. Engagé à 15 ans, il fit toute sa carrière dans les armes. A la fin de sa vie, alors gouverneur des Invalides, il eut l’honneur d’y recevoir les cendres de l’Empereur qu’il avait tant servi.
Moncey mourut à Paris en 1842 à l’âge de 88 ans.

En savoir plus sur le maréchal de Moncey : un clic sur le site Racines comtoises.

25.06.2008

Qui c'est ?

8e820f249442544dc38f99a31f27ae75.jpg

A Besançon, il a l’honneur non pas d’une rue mais d’une place entre l'avenue de Montjoux et la rue de Vesoul. Charles Beauquier (1833-1916) est, d’après Jean-Louis Debré, l’un des “Oubliés de la République”. En effet, ce dernier consacre à cet homme politique né et mort à Besançon un chapitre dans son livre ainsi intitulé et récemment publié chez Fayard. Selon Jean-Louis Debré, “Personnalité originale et puissante, Charles Beauquier a compris avant beaucoup d’autres l’importance, pour notre vie quotidienne, de la défense de l’environnement et de la préservation de la nature. Le premier à la Chambre des députés, il a cherché à rallier à son combat ses collègues et à les mobiliser sur des thèmes comme la nécessaire protection de nos sites naturels et de notre patrimoine historique”. Il indique plus loin: “Il a aussi été le promoteur d’une véritable décentralisation administrative en prônant la disparition des départements. Enfin, pour rénover le Parlement, il a proposé à ses collègues députés de moins parler et de renoncer à l’ivresse des discours sans fin...” Sans doute, n’a-t-il pas été entendu!

En savoir plus sur Charles Beauquier : un clic sur le site “Racines Comtoises”.

09.04.2008

Qui c’est ?

52eea390ec630ed73fffd71872948497.jpg

Cette petite rue de Besançon qui, dessinant un coude, relie la rue Plançon à la rue Pochet, rend hommage à Georges Cuvier. Né à Montbéliard en 1769, ce naturaliste, peu connu des franc-comtois, figure parmi les plus illustres scientifiques de tous les temps. Il n’est rien moins que le père de la paléontologie scientifique et de l’anatomie comparée. Excusez du peu !
Le premier, il prouva scientifiquement que des créatures du passé avaient pu disparaître et établit quatre grandes périodes géologiques: l’âge des reptiles, l’âge des paléothères, l’âge des mastodontes et l’âge de l’espèce humaine. C’est d’ailleurs lui qui inventa les noms de mastodonte, mégalosaure ou ptérodactyle pour désigner ces espèces qu’il avait pu reconstituer en se basant sur quelques os exhumés et nombre d’observations.
Un peu oublié ici, Cuvier est en revanche cité aux côtés de Newton, Einstein ou Galilée par les habitants de pays anglo-saxons, lorsqu’on leur demande qui sont, selon eux, les plus importants scientifiques, toutes époques confondues!

En savoir plus sur Cuvier
: un clic sur le site de la Ville de Montbéliard.

07.02.2008

Qui c’est ?

e63cebe65386a98f629187daa16b9b0c.jpg

Ce journaliste suisse qui a donné son nom à la petite place située à Besançon à la jonction de l’avenue Droz et du boulevard Diderot fut bien connu des Bisontins qui vécurent dans notre cité durant la Seconde Guerre Mondiale. En effet, dès 1941, René Payot consacra chaque jour sur Radio Suisse Romande une chronique à l’actualité mondiale intitulée “La situation internationale”. Nombre d’habitants de notre ville ne manquait pas ce rendez-vous radiophonique qu’ils pouvaient capter en voisin et qui les informait objectivement de l’évolution de la guerre.


En savoir plus sur René Payot : un clic sur wikipedia.

26.01.2008

C’est qui ... ou plutôt c’est quoi ?

7bc4fb62ea81d75e0fc2dce57a95fd7c.jpg

Pour une fois, ce n’est pas d’une personne qu’il s’agit. Parallèle à l’avenue Droz à Besançon, cette voie, qui donne accès aux nouveaux immeubles construits sur les anciens terrains de la SNCF, a été fraîchement baptisée “allée de l’île aux moineaux”. Selon certains auteurs locaux, cette île serait celle qui fut remblayée au milieu du XIXe siècle pour créer la promenade Micaud, pour d’autres il s’agirait de celle, à peine plus loin, où se dresse le moulin Saint-Paul à côté de l’écluse. Mais selon de “vieux” bisontins, c’est en fait la petite île plantée d’arbres qui se trouve au milieu de la rivière que l’on appelait ainsi avant-guerre. Quoi qu’il en soit, il est vraiment judicieux d’avoir fait ce choix qui redonne vie à une toponymie ancienne, méconnue des jeunes générations de Bisontins.
Quant aux moineaux, sont-ils encore par là? Pensez à regarder si vous passez dans ce coin prochainement.